Les mains sans sommeil / Fondation Hermès / Jusqu’au 7 janvier 2018 au Palais de Tokyo 🎈

Voir sur la carte

Fondation Hermès. Depuis 2010, la Fondation Hermès invite chaque année de jeunes plasticiens, parrainés par des artistes confirmés, à se confronter à des savoir-faire d’exception au sein des manufactures de la maison Hermès. Ce programme de résidences d’artistes leur permet, suite à une immersion en atelier et à une étude de faisabilité, de réaliser une œuvre impliquant savoir-faire et matériaux inédits, avec la complicité des artisans de la maison.

Bianca Argimon, Jennifer Avery, Clarissa Baumann, Lucia Bru, Io Burgard, Anastasia Douka, Célia Gondol, DH McNabb, Lucie Picandet.
Après chaque nom, viennent les photos des oeuvres créées lors des programmes de résidences d’artistes avec la Fondation Hermès, puis d’autres oeuvres réalisées avant ou après par le même artiste.

Bianca Artimon 🔶 (Parrain Jean Michel Alberola) Fondation Hermès
Interprétation personnelle du jardin d’Eden par l’artiste qui a choisi de décliner un motif et d’en décomposer les formes et couleurs au fil d’une œuvre plurielle imprimée sur différents types de soie. La scène se découvre dans des jeux de transparence et de superposition.

Jennifer L Avery 🔶 (Parrain Richard Fishman) Fondation Hermès
Jennifer est une artiste plasticienne et performeuse américaine. Elle collecte chutes et résidus en guise de matière première pour en composer un bestiaire : « Pupa, Poubelles, Bêtes ». Sur place, au Palais de Tokyo, plusieurs heures par jour, elle invite le public à intervenir et a toucher les tissus et objets. Son univers positif-négatif qui peut effrayer, est surprenant surtout lorsque l’on rencontre l’artiste à la personnalité solaire et enjouée.

Clarissa Baumann 🔶 (Marraine Ann Veronica Janssens) Fondation Hermès
Clarissa Baumann a suivi un cursus en design et en arts visuels parallèlement à des recherches professionnelles en danse contemporaine. Elle intègre ensuite l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Elle se sert de la création d’objets tout en jouant avec l’effacement de la matière.
Avec le concours des artisans, une cuillère en argent est progressivement étirée dans sa longueur jusqu’à devenir un fil d’argent.
Ce projet est né de l’observation de la poussière d’argent dégagée lors du travail à la lime par l’orfèvre.

Lucia Bru 🔶 (Marraine Ann Veronica Janssens) Fondation Hermès
En manipulant la matière à chaud, l’artiste, enseignante à l’Académie des beaux-arts de Saint-Gilles, à Bruxelles, a obtenu de longues baguettes de cristal ; sciées, elles sont devenues des dizaines de petits cubes ensuite sablés, polis et mêlés à de petits prismes en céramique. Cet « amas minéral fantomatique », pluriel et protéiforme, expérimente « le non-figé, l’instabilité physique des êtres et des choses », dit-elle.
Cette sculture en mouvement échappe ainsi à l’artiste

Io Burgard 🔶 (Parrain Jean-Michel Alberola) Fondation Hermès
La jeune plasticienne a fabriqué une malle ouverte qui s’inspire autant de la Boîte-en-valise de Marcel Duchamp que des sacoches en cuir des artisans rencontrés.

Anastasia Douka 🔶 (Parrain Richard Fishman) Fondation Hermès
L’artiste grecque est diplômée de « The School of the Art Institute de Chicago ».
Elle se sert d’une chaussure, objet auquel elle enlève sa fonction première pour en faire un portrait collectif des artisans qui travaillent chez John Lobb.
Grâce a un parallèle chaussures-artisans, elle affirme que le nombre et l’équipe font vivre l’usine.
105 employés, 105 chaussures. Les employés ont évoqué leurs propres goûts en matière de chaussures. Cette feuille de route a guidé la plasticienne dans la réalisation de 105 paires de chaussures de cuir, simples mais personnalisées en fonction des préférences de chacun.

Célia Gondol 🔶 (Marraine Ann Veronica Janssens) Fondation Hermès
La plasticienne et chorégraphe Célia Gondol a joué des correspondances entre les mystères de l’univers et le travail de la soie. Elle signe ici trois œuvres à travers lesquelles la science permet de poser un autre regard sur les savoir-faire. Elle tend à comprendre les enjeux et les techniques et réalise ensuite ce qui est possible. Son travail est aussi un travail sur la lumière, visible lors de l’exposition, à travers le choix d’un immense tissu frappé et de petites pièces posées à même le sol.

DH McNabb 🔶 (Parrain Richard Fishman) Fondation Hermès
Magnifique travail sur le cristal. Pour l’artiste, le cristal est une matière menacée à cause du plomb qu’il contient. Son poids différent et plus lourd que celui des autres verres est intéressant. La matière est incroyable et reflète la lumière différemment …

Lucie Picandet 🔶 (Parrain Jean-Michel Alberola) Fondation Hermès
Lucie Picandet a suivi une formation en théologie, philosophie et esthétique du cinéma, complétée par un cursus à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris Elle conçoit, comme un tableau, un dessin allégorique circulaire de 180 cm de diamètre, dont les éclatantes couleurs en à-plat sont en cuir.

PALAIS DE TOKYO Site 🔶
13 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris
Le Palais de Tokyo est ouvert de midi à minuit, tous les jours sauf le mardi.
Fermetures annuelles le 1er janvier, le 1 er mai et le 25 décembre
Fermeture exceptionnelle à 18h les 24 et 31 décembre

Entre la Tour Eiffel & les Champs Élysées
13, avenue du Président Wilson 75116 Paris

Métro : Ligne 9, stations Iéna et Alma Marceau
Bus : Lignes 32, 42, 63, 72, 80, 82, 92
RER : Ligne C, Station Pont de l’Alma

GASTRONOMIE
Dans le quartier

Le restaurant du musée Les Grands Verres 🔶
Pour un délicieux Tea time (vegan ou non) 4 mns à pieds / 900 m
Au Shangri-La 🔶 / Chef Pâtissier Michaël Bartocetti

Le Musée Guimet se trouve à 300 m du Palais de Tokyo
Pour le découvrir, notre reportage : Musée National des Arts Asiatiques

©Lisa Klein Michel
Les photos de ce reportage ne peuvent être utilisées sans notre accord.

Services